Le menu

Trump réclame une vaste réforme fiscale mais reste avare en détails

© Fournis par AFP Le président américain Donald Trump à Springfield, dans le Missouri, le 30 août 2017

"Nous n'avons pas le choix!": Donald Trump a exhorté mercredi le Congrès à adopter une vaste réforme fiscale "pro-croissance et pro-emplois", mais est resté évasif sur le contenu et le financement de cette transformation qu'il appelle de ses voeux.

Depuis Springfield dans le Missouri, première étape d'une série de déplacements sur ce thème qui fut l'une de ses principales promesses de campagne, le président américain a jugé indispensable de "réduire le poids des impôts sur nos entreprises et nos travailleurs".

Appelant tous les membres du Congrès - démocrates, républicains et indépendants - à soutenir une réforme "qui permette de mettre plus d'argent dans les poches des travailleurs américains", le locataire de la Maison Blanche n'a pas dit un mot sur la façon dont il entendait la financer.

Si les républicains sont en position de force à la Chambre des représentants comme au Sénat, la majorité est loin d'être à l'unisson et les discussions s'annoncent âpres sur ce dossier aussi complexe techniquement que délicat politiquement. Nombre d'élus du "Grand Old Party" sont vent debout contre tout accroissement du déficit public.

Frustré par l'absence d'avancées législatives majeures depuis son arrivée au pouvoir, avec en particulier un revers cinglant sur l'abrogation de l'Obamacare, le président américain a une nouvelle fois lancé un avertissement aux élus de son parti, avec qui il entretient des relations électriques.

"Je ne veux pas être déçu par le Congrès. Vous m'entendez? Vous m'entendez?", a-t-il lâché. "Je pense que le Congrès va se ressaisir, en tout cas je l'espère", a-t-il ajouté.

© Fournis par AFP Le président américain Donald Trump à Springfield, dans le Missouri, le 30 août 2017

Rappelant que la dernière refonte en profondeur de ce dernier remontait à 1986, sous Ronald Reagan, le président américain a appelé de ses voeux un nouveau texte "simple, équitable et facile à comprendre", soulignant que les Américains les plus modestes ne disposaient pas d'une "armée de comptables" pour les aider.

"Notre code des impôts auto-destructeur a coûté aux Américains des millions et des millions d'emplois et des milliards de dollars", a martelé M. Trump, affirmant que le document était six fois plus long qu'en 1955.

- 'Bien au-delà' de 3% de croissance -

Jugeant qu'une réforme des impôts pourrait permettre d'atteindre le cap des 3% de croissance, il s'est déclaré convaincu qu'il était possible d'aller "bien au-delà".

"Au lieu d'exporter nos emplois, nous exporterons nos produits", a-t-il ajouté dans une allocution évoquant par moment ses discours de campagne.

L'exécutif cherche désormais à faire adopter cette réforme d'ici la fin de l'année. Mais nombre de questions cruciales restent à ce jour en suspens sur ce texte qui est au coeur du projet de l’administration Trump.

Quelle sera la portée exacte de la refonte annoncée ? La réduction à 15% de l'impôt sur les sociétés, avancée par l'exécutif en avril, sera-t-elle retenue où la baisse sera-t-elle, comme le pensent nombre d'observateurs, de moindre ampleur?

Lors de son discours de Sprinfield, Donald Trump est resté très prudent sur ce thème alors que les négociations avec les élus ont commencé en coulisses. "Idéalement, nous aimerions arriver à le faire baisser à 15%", s'est-il contenté d'affirmer.

© Fournis par AFP Le conseiller économique en chef de Donald Trump, Gary Cohn, le 5 juin 2017 à Washington

Le taux d'imposition des entreprises doit être "aussi bas que possible pour que les entreprises aient envie de créer des emplois", avait répondu il y a quelques jours, également très prudent, le conseiller économique de Donald Trump, Gary Cohn, l'un des deux architectes de la réforme en cours d'élaboration.

Dans une sortie très remarquée, ce dernier, ancien numéro deux de Goldman Sachs, a récemment pris ses distances avec Donald Trump, critiquant à mots à peine voilés sa réaction après les violences racistes de Charlottesville.

A la tribune à Springfield, mercredi, Donald Trump a salué la présence de nombre de membres de son équipe, dont celle de Steven Mnuchin, secrétaire au Trésor. A aucun moment il n'a mentionné le nom de Gary Cohn.

Source : Thierry Meyssan, http://www.voltairenet.org/article195219.html




Conférences

Pendant les trente-sept années durant lesquelles j’ai donné des conférences, j’ai eu l’occasion de rencontrer des personnes merveilleuses, des personnes qui recherchaient la lumière.

» Lire plus

Laissez un commentaire
Le Blog
Insolites
Les liens utiles
Plan du site

Les dernières news

Cela avance doucement. : Le -05/07/2018 à 16h10

Cela avance doucement, pas à pas, mais sûrement vers le Grand Changement Mondial !

Pour l'instant on a l'impression qu'il ne se passe pas grand chose dans les coulisses, mais les enquêteurs et les juristes bouclent près de 5.000 Actes d'Accusation Scellés par mois, les Forces de l'Alliance neutralisent les installations de la Cabale

Trump recruté par les militaires U. S. pour combattre la corruption. : Le -29/04/2018 à 19h31

Selon Jerome Corsi, chroniqueur chevronné et auteur de best-sellers , il a été approché il y a trois ans par un groupe de généraux et a déclaré que Donald Trump avait été recruté par les services de renseignements militaires américains pour participer aux élections présidentielles de 2016. corruption des fonctionnaires de l'État profond des positions de pouvoir.
À lire dans "l'Évènement".

VOIR TOUS LES MESSAGES

Les navigateurs

Le site de Transition 2017 est structuré avec les dernières versions des navigateurs :
Google chrome ,
Microsoft Edge,
Mozilla Firefox,
Opera,
Maxthon
et finalement Safari pour PC en français.

Pour me contacter


Copyright © 2018 de Transition2017
Tous les droits sont réservés

Mise à jour le : 12 | 08 | 2018